Camembert et Muscadet

Cher cousin, chère cousine

Tu te souviens sans doute de mes premières recherches généalogiques dans les années 1980, notamment quand mon parrain m’avait fait découvrir les archives départementales de Caen. Habitant loin des lieux d’origine de nos ancêtres, je n’ai pas eu l’occasion de me rendre aux archives pour poursuivre mes travaux, et tu as pu te rendre compte que ceux-ci sont restés en suspens. Je les ai repris en 2008-2009, quand tu m’as fait découvrir les registres d’état civil et registres paroissiaux sur les sites internet des archives départementales, ainsi que les sites de partage d’arbres entre généalogistes amateurs.

Tu m’as souvent demandé : alors, tu es remonté jusqu’où ? Plusieurs réponses sont possibles :

  • Si je me limite à mes recherches personnelles, elles m’ont conduit au 17e siècle.
  • Grâce aux travaux d’autres généalogistes, j’ai pu relier mes découvertes à des branches remontant à Guillaume le Conquérant et Charlemagne. Notre plus lointain ancêtre serait Freyr, dieu de la fertilité dans la mythologie nordique ! Je te laisse y croire si tu veux.
Le dieu Freyr et son sanglier Gullinbursti
  • Mon arbre généalogique est complet jusqu’à la 8e génération, soit nos arrière-arrière-arrière-arrière-arrière-grands-parents qui sont nés entre 1680 et 1750. Pour la 9e génération, ne me manque qu’un nom (le père de Françoise Marie mariée le 12 février 1743 à Saint-Germain-du-Crioult avec François Lautour ; je sais que tu cherches aussi, peut-être as-tu une piste ?).

Pourquoi Camembert et Muscadet ?

Nos ancêtres maternels étant normands, nos ancêtres paternels étant mariligériens, quoi de mieux que ces deux produits du terroir pour représenter ces régions ? Tout comme toi, j’ai très souvent trouvé l’un sur les tables de nos familles normandes et l’autre sur les tables de nos familles nantaises (avec modération !).

Nous avons la preuve que, du point de vue génétique, camembert et muscadet se marient très bien. C’est moins connu pour la gastronomie, mais tu sais comme moi qu’il suffit d’adapter le millésime et la température de service du Muscadet à la maturité du camembert pour obtenir un accord parfait !

Je reprendrai la plume dans quelques semaines pour partager mes quelques découvertes, et te faire mieux connaître nos ancêtres et leur environnement. Tu peux aussi me communiquer toute information, tout document, ou m’envoyer toute photo dont tu disposes et que tu souhaites partager. Merci aussi de me signaler les erreurs que j’ai pu commettre.

Amitiés cousinales.

Didier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :